AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand j'écris des petites choses ce que ça donne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Quand j'écris des petites choses ce que ça donne    Sam 10 Nov - 21:06

Quelques OS !



  • Un cauchemar


Dernière édition par Drew J. Adams le Sam 10 Nov - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand j'écris des petites choses ce que ça donne    Sam 10 Nov - 21:07

Un cauchemar


La vie est une garce, et peut importe ce qu’on fait, elle nous encule. On s’aimait. Elle m’aimait vraiment, et moi, j’en étais dingue. Et la vie, ma vie est tellement magnifique qu’aujourd’hui, j’en crève ! J’aurai aimé vous dire que tout est beau, tout est rose, mais la vérité, c’est que ma vie est un cauchemar à l’état pur. Tout a été chamboulé un jour, quand je suis rentrée chez moi, elle était là, avec notre bébé dans les bras. Notre enfant, Jonathan, un petit bébé de même pas deux ans, dans les bras de sa maman. Bella, je l’aimais tellement ma Bella… Je suis allée déposer un baisé sur ses lèvres, doucement, tendrement, amoureusement. Elle m’a sourit, serrant Jonathan contre elle.

« _ Matthew, tu veux bien me le prendre, juste une seconde ? S’il te plait, je voudrai aller prendre mon bain…
_ Bien sur mon amour, à tout à l’heure. Je t’aime.
_ Moi aussi, je t’aime.»
J’ai tendu mes bras et le petit est venu tout seul dans mes bras. Jonathan avait les cheveux bouclés, court, parce qu’il est petit, mais bouclés. Il les avait aussi clairs que moi et les yeux du même vert. Mais il avait le caractère de sa mère. Il était doux, sage, un bébé agréable. Il riait aux éclats, il avait un sourire magnifique, mon bébé. Et quand je le voyais sourire, je me disais que ma vie était enfin parfaite, j’avais la femme de mes rêves, on avait un bébé magnifique, au sourire d’ange. Je vivais mon plus beau rêve. Je jouais avec le petit, le bruit de l’eau, ma douce Bella était en train de se relaxer dans son bain. Ma tendre, ma douce. J’ai posé Jonathan dans sa chaise haute, le laissant s’énervé contre son petit pot, crier en langage bébé. C’était finit le temps où je devais être un héros, le temps où je devais sauver le monde entier, c’est finit. Maintenant, j’avais ma vie de famille, ma femme, mon fils. Plus aucune créature mythologique pour essayer de m’arracher les membres et tuer les miens. Plus rien, c’était finit. Oui, vous avez bien lu, créature mythologique, parce que je suis un demi-dieu. Je suis fils de Jupiter. Mais c’était finit, plus de guerre, plus de problème, plus rien. Tout ça, c’était du passé, oui du pass… J’ai entendu un crie, de l’intérieure de la salle de bain, j’ai pas réfléchis, j’ai foncé. Elle était là, avec juste une serviette sur elle, et un gros chien des enfers qui venait de se jeter sur elle, et de la déchiqueté… Ma douce Bella, son sang venait de gicler sur les murs, sa peau entre les dents d’une créature affreuse. Ses os craquant sous la mâchoire de cette chose que j’ai vu un milliard de fois… Dans mes bras, Jonathan pleurait, il avait peur, il tremblait de tout son petit corps d’enfant. La bête nous a regardés, et j’ai compris. Soit je fuis, soit je la laisse nous tuer. Le seul problème, c’est que si je fuis, je risque la vie de mon fils. Alors, j’ai fermé les yeux, j’ai attendu, je ne savais pas quoi faire. Pleurer, crier, fuir, j’ai attendu ma mort, mon bébé tremblant de plus en plus. Jonathan criait, il criait tout ce qu’il pouvait crier, pleurant toutes les larmes de son corps. J’ai rouvert mes yeux quand il s’est tu. Mon bébé, mon doux enfant, je ne voulais pas, surtout pas le voir souffrir, la bête avait disparu, et j’étais là, avec lui dans mes bras. Mon premier reflexe, se fut de prendre un sac, et d’y mettre toutes nos affaires. Et je suis parti. J’ai confié Jonathan a sa tante, la sœur de ma douce et regrettée Bella, au moins, il serait en sécurité, et à l’heure où je vous écris ces mots, j’ai peur. Oui, j’ai peur. J’ai peur de la mort, j’ai peur qu’il arrive malheur à mon fils. Je suis dans un état pathétique. A moitié mort, à moitié vivant. Je passe mon temps à penser à ma douce. Et c’est surement ça qui va me tuer. La douleur passe, mais la perte de ma tendre finira par me tuer… Je ne mange plus, je ne dors plus. Sans elle, je ne vis plus.
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand j'écris des petites choses ce que ça donne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite promenade
» Les petites choses en vrac de Regulus.
» Les petites choses n'ont l'air de rien, mais elles donnent la paix. [PV: Yzebel]
» Tout savoir sur les Sectes
» Erin McAlister • Les petites choses toujours viennent à bout des grandes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystery University :: Anciens sujets :: Steicy C. Lewis-
Sauter vers: